Ibn-Sina (Avicenne), le médecin et scientifique multidisciplinaire

Ibn-Sina (Avicenne) – de 980 au 1037 : Ce prodige est né aux alentours des années 980 près de Boukhara, en Perse. C’est un des philosophes islamiques les plus reconnus. Il excelle, entre autres, dans l’histoire de la philosophie et de la médecine. Ses multiples idéologies ont fait de lui le philosophe le plus respecté en Occident durant son époque. C’est très tôt, soit à l’âge de 18 ans, qu’il termina ses études en médecine, ce qui est en autre une des raisons qui lui a permis de se faire connaitre en tant que génie. Néanmoins, ce dernier ne s’arrêta pas à l’étude de la médecine car il s'intéressa à plusieurs autres sciences, notamment l’astronomie, l’alchimie, la chimie et la psychologie. Ses multiples études lui permirent d’être l'auteur de monuments, d’ouvrages, mais aussi de plusieurs textes courts. Il est mort en 1037.

 


Abu Ali al-Hussein ibn-Abdullah Ibn-Sina (Avicenne), le médecin et scientifique multidisciplinaire

 (De 980 au 1037)


“Le temps fait oublier les douleurs, éteint les vengeances, apaise la colère et étouffe la haine ; alors le passé est comme s'il n'eût jamais existé.” – Ibn-Sina

Son parcours en quelques lignes :

Ce prodige est né aux alentours des années 980 près de Boukhara, en Perse. C’est un des philosophes islamiques les plus reconnus. Il excelle, entre autres, dans l’histoire de la philosophie et de la médecine. Ses multiples idéologies ont fait de lui le philosophe le plus respecté en Occident durant son époque. C’est très tôt, soit à l’âge de 18 ans, qu’il termina ses études en médecine, ce qui est en autre une des raisons qui lui a permis de se faire connaitre en tant que génie. Néanmoins, ce dernier ne s’arrêta pas à l’étude de la médecine car il s'intéressa à plusieurs autres sciences, notamment l’astronomie, l’alchimie, la chimie et la psychologie. Ses multiples études lui permirent d’être l'auteur de monuments, d’ouvrages, mais aussi de plusieurs textes courts. Il est mort en 1037.

Ses majeures réalisations : 

Ibn-Sina est à l’ origine de plusieurs grandes réalisations dans une multitude de domaines. Ayant eu une importante place dans le domaine de la médecine, il est à l’origine d’une tonne d’observations médicales qui sont tirées de ses propres expériences. En effet, étant un scientifique curieux et indépendant, il refusa de se fier aux expérimentations des autres, se concentra sur sa propre logique et se fia à sa grande intelligence. Pendant plusieurs années, ce scientifique multiplia ses recherches sur plusieurs domaines de la médecine comme la gynécologie, l’ophtalmologie et la pharmacologique. C’est à la suite de ses recherches qu’il rédigea un des ouvrages considéré le plus importants en médecine : Le livre des lois médicales (Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb) qui fut d’ailleurs très utile durant son époque

Dans ses multiples encyclopédies, il est possible de retrouver environ 760 médicaments ainsi que l’explication du rôle du cœur dans la circulation sanguine, le rôle des rats dans la propagation de la peste ainsi que ses expériences en pharmacie. Hormis ce livre, Ibn-Sina rédigea un poème de médecine qui fût destiné aux princes de son peuple où il explique avec art des moyens pour pouvoir conserver la santé d’un peuple entier et ainsi favoriser une meilleure qualité de vie. Bien que ce génie se distingue énormément dans le domaine des sciences, il est aussi un grand philosophe. Ainsi, sa traduction de plusieurs textes philosophiques écrits en grec et en latin fait en sorte qu’il accède à plusieurs hauts postes politiques de son époque. Un autre domaine qu’Ibn-Sina pratiquait autrefois fût celui de l’enseignement. En effet, il estimait qu’il était très important de faire parvenir ses savoirs à la jeunesse pour ainsi les propager le plus possible. Pour ce faire, il écrivait plusieurs petites fables philosophiques qui étaient assez compréhensibles pour le public concerné et qui leur permettaient ainsi de s’introduire dans le domaine philosophique.

Son influence sur la civilisation contemporaine :

Il ne va pas sans dire que les multiples réalisations d’Ibn-Sina ont grandement contribué au développement de plusieurs domaines tels que les sciences d’aujourd’hui. En effet, les ouvrages de ce dernier sont toujours enseignés dans le cadre de la médecine que ce soit en Occident ou bien en Orient. Par exemple, son document le Qânûn est enseigné dans les facultés de médecine de Montpellier et de Louvain en France.

Ses multiples découvertes en lien avec les dissections ou bien l’anatomie du corps humain ont fortement fait évoluer la médecine. De plus, il existe des ouvrages de ce médecin qui ont été traduits en Anglais tel que Al-Qânûn fi'l-Tibb (Traduction anglaise par Oskar Cameron Grüner : The Canon of Medicine of Avicenna 1930), une excellente manière de démontrer l’importance qu’Ibn-Sina a eu et a toujours au sein de la médecine enseignée.

Aussi, il est important de citer les cliniques et hôpitaux qui aujourd’hui, portent le nom d’Avicenne. À titre d’exemple, un hôpital à Bobigny en France. Une reconnaissance extraordinaire pour un prodige digne de son nom. Ibn-Sina est aujourd’hui un des scientifiques qui a le plus influencé positivement la médecine dans le monde.

De plus, Ibn-Sina s’est énormément concentré sur l’étude des symptômes de plusieurs maladies telles que le diabète par exemple. À son époque, plusieurs maladies étaient regroupées dans un même sac et il a réussi à les différencier. Il a séparé, par exemple, la paralysie faciale en deux formes, soit la paralysie centrale et périphérique et ce, en décrivant leurs différents symptômes. Il a aussi découvert la pleurésie, la médiastinite et l’abcès sous-phrénique. Avicenne réussit même à différencier la sténose du pylore et l’ulcère de l’estomac, qu’on n’arrivait pas à différencier à l’époque. Finalement, il est celui qui a décrit plusieurs formes d’ictères (maladie de la jaunisse) et qui a caractérisé les symptômes de la méningite.

Ce grand savant se démarque aussi remarquablement dans le domaine de l’ophtalmologie. Il est le premier qui a réussi à décrire véritablement l’anatomie de l’œil ainsi que tous les symptômes de la cataracte. Sur cette même lancée sur l’anatomie humaine, Ibn-Sina est celui qui découvre que le sang part du cœur pour aller aux poumons et revenir au cœur, tout cela en expliquant avec détails le système des valves et des ventricules.

Pour ce qui est des causes de certaines maladies, Ibn-Sina est celui qui a pointé du doigt les rats comme étant la cause de la propagation de la peste. Il a aussi apporté l’idée comme quoi l’eau et l’atmosphère abritaient de minuscules organismes qui seraient à l’origine de la propagation de certaines maladies infectieuses. Il découvre aussi que certaines infections sont transmises par voie placentaire.

Heureusement pour nous, Avicenne n’a pas seulement découvert des maladies et leurs causes puisqu’il a laissé derrière lui plusieurs traitements pour vaincre la maladie. Il est donc celui qui recommande les traitements par vessies de glaces et lavements rectaux. Pour ce qui est de la prévention de maladies, Ibn-Sina recommande de faire du sport régulièrement. Il préconise aussi l’hydrothérapie, qui est une thérapie basée sur l’eau consistant à prévenir mais aussi guérir certaines maladies. .

Ils ont dit sur Ibn-Sina : 

  1. Sous Louis XIV, le chirurgien Antoine Lambert le cite comme l'un des plus grands médecins de l'Histoire et le surnomme "prince des Arabes"
  2. Antoine Portal (médecin, anatomiste, biologiste et historien de la médecine français) attribue a Avicenne la première description exacte de l’insertion des muscles de l’œil
  3. Ses surnoms de l’époque étaient "Princes des médecins" et "Galien de l’Islam"

 

Par Soumia Mahidjiba

Références

  1. Les clés du Moyen-Orient «Avicenne/Ibn-Sina (980-1037)-Les Clés du Moyen-Orient »
  2. Universalis, « Philosophes arabe-Classification Thématiques»
  3. Antoine Lambert, Les Commentaires, ou Les Œuvres chirurgicales, Marseille, Charles Brébion, p. 298
  4.  Avicenne est la forme occidentalisée de Ibn Sina, tout comme Averroès est celle d’Ibn Rushd.
  5. D. Gutas, Pensée grecque, culture arabe. Le mouvement de traduction gréco-arabe à Bagdad et la société abbasside primitive, Paris, 2001.
  6. La Lettre du Médecin Vasculaire, AVICENNE (Abu Ali al-Hussein ibn-Abdullah Ibn-Sina) (980- 1037), Médecin, savant et homme politique de l’ancienne Perse. n°28 – Septembre 2014 
Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *