Abou Bakr Muhammad Rhazès, le médecin, l’enseignant et l’homme de science

Bien qu’il ait grandement contribué à l’évolution de la médecine ancienne, Rhazès a aussi influencé à la construction de la médecine moderne. En effet, ce dernier est considéré, parmi tous les médecins modernes, comme étant celui qui ressemble le plus aux praticiens hospitalo-universitaires de l’ère contemporaine. Pourquoi? C’est très simple. Rhazès se servait de remèdes naturels et il encourageait la consommation de certains aliments, comme il en décourageait celle d’autres.

 

 


Abū Bakr Muhammad ibn Zakariyyā al-Rāzī (Rhazès), le  médecin, l'enseignant et l'homme de science

 (De 854 a 925)


 

Son parcours en quelques lignes

Rhazès naquis vers 854 à Ray, proche de Téhéran. C’est un médecin, alchimiste, philosophe. En raison de ses très grandes connaissances médicales, il fût médecin dans un hôpital de Ray durant plusieurs années et c’est notamment grâce à lui que la première structure hospitalière arabe fût mise en place à Bagdad. Rhazès est aussi l’auteur de deux encyclopédies en lien avec la médecine, qui lui ont values une certaine reconnaissance. En effet, Kitab ai-tibb Al-Mansuri ainsi que Kitab Al-Hawi sont deux encyclopédies remarquables dont il est l’auteur. Hormis ses écrits médicaux, il eut aussi des écrits philosophiques qui n’ont pas toujours plu à tous et dont plusieurs négligeaient la valeur, mais c’est heureusement par la suite qu’ils ont été jugés comme étant très importants pour le développement de la société. Il est mort en 925.

Ses réalisations

C’est âgé d’une trentaine d’années que Rhazès débuta ses premières études en médecine. En effet, il s’intéressait énormément à la médecine grecque, perse et indienne. Hormis ses multiples études en la matière, ses expérimentations ainsi que ses voyages, notamment en Syrie, en Égypte et en Espagne, lui permirent de s’instruire d’avantage et d’en savoir plus sur le domaine de la médecine.  Au fil des ans, Rhazès fût médecin dans plusieurs hôpitaux pour finalement devenir médecin chef de l’hôpital de Bagdad .Il était entre autres spécialisé dans la chirurgie, la gynécologie, l’obstétrique et la stomatologie. Ainsi, ce dernier apporta plusieurs avancés en médecine en désignant ces 3 aspects : la santé publique, la médecine préventive et aussi le traitement des maladies spécifiques, En effet, il réalisa des recherches et aboutit à 7 principes assurant la préservation de la santé.  Les voici : la modération et l’équilibre lorsque le corps est en mouvement et lorsqu’il est en repos, la modération en mangeant et en buvant, l’élimination des surabondances , l’amélioration et la réglementation des habitats, éviter les excès néfastes avant qu’ils ne deviennent incontrôlables, entretenir une harmonie entre les ambitions et les résolutions et se forcer a acquérir de bonnes habitudes notamment concernant la pratique de l’exercice physique. Rhazès fût donc l’auteur du Kitab Al-Hawi,  une encyclopédie médicale écrite en 22 volumes qui recueille en quelques sortes l’ensemble des connaissances médicales de l’époque du X ème  siècle. De plus, cette dernière est d’ailleurs considérée comme étant l’ouvrage le plus important de son époque et c’est grâce à celle-ci qu'il s’est fait connaitre.  Hormis cet ouvrage, il fût auteur de plusieurs autres livres tout aussi utiles tel que le Traité sur la variole et la rougeole,  La médecine des pauvres, La médecine royale ainsi que Les secrets de la chimie.

Influences contemporaines

Bien qu’il ait grandement contribué à l’évolution de la médecine ancienne, Rhazès a aussi influencé la construction de la médecine moderne. En effet, ce dernier est considéré, parmi tous les médecins modernes, comme étant celui qui ressemble le plus aux praticiens hospitalo-universitaires de l’ère contemporaine. Pourquoi? C’est très simple. Rhazès se servait de remèdes naturels et il encourageait la consommation de certains aliments, comme il en décourageait celle d’autres. Ces multiples recherches sur la digestion, l’importance du jeûne en cas de maladies et des régimes alimentaires à la suite de certaines intoxications, sont aujourd’hui utilisées grâce à sa franchise bien réputée. Aussi, ses multiples expériences, ses observations et ses ouvrages se sont révélés utiles pour la médecine d’aujourd’hui.

De plus, Rhazès fût le premier à décrire plusieurs maladies telles que la tuberculose ou bien la variole. Sans le moindre outil technologique, il fût en mesure d’identifier des nerfs faciaux  et de décrire l’anatomie de la colonne vertébrale et de la moelle épinière. Mais, ce n’est pas tout! Il fût d’autant plus capable d’étudier de nombreux composés chimiques pour ainsi les incorporés dans des traitements médicaux, qui sont à l’origine de grands progrès dans le domaine thérapeutique. 

Rhazès est aussi à l’origine de plusieurs méthodes médicales qui sont toujours utilisées de nos jours. Il fût le tout premier à utiliser le coton lors des éruptions de variole ainsi que pour boucher les narines de ses patients pour ainsi limiter l’extension de la maladie au niveau des voies respiratoires. De plus, il a été le premier à encourager l’utilisation de la corde de harpe pour les sutures des chirurgies et il fit la découverte du séton, utilisé pour les drainages en chirurgie. Rhazès est aussi connu comme étant le premier médecin à avoir fait des expérimentations de traitements sur des animaux et aussi le premier à avoir instauré l’écriture d’un compte rendu journalier pour les patients de ses hôpitaux.

Ils ont dit sur Rhazès

  1. Des établissements portent son nom tel que l’école Rhazès, un établissement privé musulman d’enseignement primaire en France.
  2. Son anniversaire est célébré tous les 27 août en Iran lors de la Journée de la pharmacie.

 

Par Soumia Mahidjiba (Montréal, Canada)


Références

  1. RHAZES ( Mohammed Ibn Zakaria al-Razi, Abu-Bakr)
  2. Rhazès
  3. RHAZÈS, ABŪ BAKR MUḤAMMAD IBN ZAKARĪYĀ AL-RĀZĪ
Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *