Élection provinciales du 07 avril dernier : Le Québec inclusif se prononce !

Facade_du_parlement66Montréal – 09 avril 2014 – Les Québécois, dans une large majorité, ont élu hier lundi, 7 avril 2014, un gouvernement libéral majoritaire. D'aucuns s'accordent à dire que l'ampleur de cette victoire sans appel du parti libéral était inespérée et inattendue pour une formation politique sérieusement affaiblie, par les allégations de corruption et de collusion durant l'ère Charest.



Communiqué : Élection provinciales du 07 avril dernier :
Le Québec inclusif se prononce !

 

Montréal – 09 avril 2014 – Les Québécois, dans une large majorité, ont élu hier lundi, 7 avril 2014, un gouvernement libéral majoritaire. D'aucuns s'accordent à dire que l'ampleur de cette victoire sans appel du parti libéral était inespérée et inattendue pour une formation politique sérieusement affaiblie, par les allégations de corruption et de collusion durant l'ère Charest.


La débâcle historique du Parti Québécois (PQ) a surpris également par son verdict cinglant et violent tous les observateurs de la scène politique québécoise et a plongé les troupes souverainistes dans une crise majeure eux qui se voyaient déjà majoritaires à la veille du déclenchement de cette campagne électorale.

Pour la communauté musulmane du Québec, ces élections du 7 avril avaient l'allure d'un rendez-vous avec l'histoire qu'il ne fallait pas rater. Jamais, avions-nous assisté auparavant à une si vaste mobilisation au sein de ladite communauté pour faire barrage à ceux qui nous vouaient aux gémonies.

Souvenons-nous aujourd'hui, que les Québécois de confession musulmane se sont retrouvés pendant des mois, malgré eux, au centre d'une campagne hostile sans précédent. Le débat sur la laïcité s'est vite transformé en un débat sur la place de l'Islam dans notre société comme si l'Islam était la seule religion au Québec, comme si l'Islam était la seule religion qui menaçait la paix et l'identité québécoise. Jusqu'à l'ultime semaine de cette campagne électorale, la diabolisation de tout ce qui est musulman était élevée sans vergogne au rang de stratégie pour obtenir une majorité pour un parti qui, à force de trahir ses propres valeurs a fini par perdre les élections et son âme.

Le débat sur la Charte a été perçu par certains milieux xénophobes et islamophobes comme une caution morale et intellectuelle de tous les discours haineux contre l'une des communautés les plus démunies et les moins outillées pour répondre à ses attaques à répétition. Même la mort atroce et accidentelle d'une maman d'origine marocaine dans le métro de Montréal a été attribuée avec délectation par les nouveaux prêtres de la laïcité à géométrie variable à son foulard islamique. Sans contredit, la période qui a précédé ces élections était pour la communauté musulmane, la plus sombre, la plus douloureuse et la plus humiliante dans la jeune histoire de cette dernière au Québec. 

Aujourd'hui, toute cette période de grande noirceur est chose du passé, le peuple Québécois a démontré, encore une fois, et de manière éloquente son profond attachement aux valeurs d'ouverture, d'inclusion et de liberté. La société Québécoise est sans aucun doute l'une des sociétés les plus progressistes, les plus dynamiques et les plus attachées aux valeurs citoyennes. Durant cette dernière décennie, à deux reprises, le peuple Québécois a administré deux corrections exemplaires aux formations politiques qui ont délibérément choisi de construire leur argumentaire idéologique et électoral autour d'une crispation identitaire ou d'un nationalisme ethnique. L'ADQ de Mario Dumont a été rayé à toute fin pratique du paysage politique Québécois et cette fois-ci le PQ de Pauline Marois a enregistré le pire score de son histoire depuis les premières années de sa création. 

La très grande majorité des Québécois et des Québécoises a tourné le dos à une idéologie qui se nourrie essentiellement de la haine de l'autre pour soigner une identité prétendument en danger. La communauté musulmane du Québec doit prendre acte de ce choix historique et de saluer le courage de ces millions d'électeurs qui ont renvoyé le Parti Québécois sur les bancs de l'opposition. La communauté musulmane du Québec, doit également saluer le courage et la détermination du nouveau premier ministre élu, qui n'a jamais cédé ni à l'intimidation ni au chantage pour l'amener à changer ses positions sur cette charte de la honte. 

Mais au-delà de toutes ses considérations les musulmans du Québec doivent faire preuve d'un respect sincère et réel de la spécificité culturelle du Québec, notamment en ce qui a trait aux questions de la langue française et de  la culture québécoise qui doivent être le ciment qui lie toutes les communautés qui ont choisi de s'installer au Québec car comme le disait l'ex Premier Ministre québécois M. Bernard Landry, « les Québécois de souches sont des québécois par accident, nous sommes des québécois par choix ».

Vive le Québec ! 

Ahmed Mahidjiba, 
Institut du Monde Arabe
09 avril 2014 
agir@imarabe.ca 
Share

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *